Bienvenue à toutes et à tous sur ce site renfermant des articles touchant à des thèmes variés

ALGÉRIE / Un pouvoir tyrannique, tenant à garder les rênes de l’État peu importe les conséquences !

said bouteflikaSi Abdelaziz Bouteflika, ou plutôt Saïd, son frère cadet, en sa qualité de Conseiller particulier du président de la République mais beaucoup plus vice-président à titre officieux, a installé ses pions aux postes stratégiques, comme Tayeb Belaïz à l’Intérieur et Mourad Medelci à la tête du Conseil constitutionnel, il l’a fait dans le seul et unique intérêt de sa famille et donc pas du tout dans celui du peuple avec le souci de lui offrir des institutions crédibles, avec des hommes intègres et compétents, qui n’auraient pour seul et unique objectif qu’un travail sain, effectué dans les règles de l’art.

Si Mourad Medelci se voit parachuté à la tête du Conseil constitutionnel et Tayeb Belaïz nommé ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, d’ailleurs les deux sont de l’ouest algérien et plus précisément de Tlemcen et donc de la même région que le premier magistrat du pays, c’est bel et bien dans la perspective des présidentielles du 17 avril prochain, afin que tout aille dans le sens tracé par la « famille royale », incarnée par les Bouteflika.

conseil constitutionnel algérienMourad Medelci vient donc de nous apporter la preuve qu’en sa qualité de président du Conseil constitutionnel, n’a pas agi en tant que tel pour veiller à ce que stipule la loi fondamentale du pays mais a plutôt grillé les lignes rouges de la Constitution en étant allé outre pour renvoyer l’ascenseur a celui qui l’a nommé à ce poste stratégique. Par conséquent, nonobstant le handicap physique et mental d’Abdelaziz Bouteflika, ne lui permettant donc pas d’assurer convenablement voire pas du tout la lourde mission qui serait la sienne, il s’est quand même entêté à l’inclure parmi les autres candidats à la magistrature suprême et sur lesquels va se prononcer le peuple ou plutôt l’Administration puisque, au jour d’aujourd’hui et ce depuis l’indépendance du pays tout un chacun n’ignore guère que, dans la plupart des cas, pour ne pas dire toujours, ce ne sont guère les voix citoyennes qui sont prises en considération mais bel et bien les bulletins de vote issus du bourrage des urnes. Pire encore, ce procédé malhonnête vient en sus de ce fichier électoral jamais assaini et ce sciemment, où on retrouve jusqu’aux personnes décédées ; un moyen efficace pour avoir davantage d’électeurs et, dans ce dernier cas, c’est carrément l’Administration qui vote pour eux en favorisant le candidat ou le groupe de son choix selon le cas.

palais du gouvernement et ministère de l'intérieurÀ présent que la première phase est passée, donc celle liée au Conseil constitutionnel, ne demeure donc désormais que le rôle de l’Administration, ce département coiffé depuis quelques mois de cela par Tayeb Belaïz, qui va faire le reste. Ce reliquat au scénario que les citoyens devinent d’ores et déjà puisque rodés aux combines du clan d’Oujda depuis que le pays est indépendant et ce donc depuis un peu plus d’un demi-siècle. Par conséquent, le 18 avril, à midi, précisément le lendemain des joutes électorales puisque, entre temps, les chiffres contenus dans les procès-verbaux émis par les bureaux de vote subiront des retouches à tous les niveaux de la hiérarchie administrative, le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales annoncera, sans surprise aucune, que c’est le Palais d'El Mouradia (1)candidat Abdelaziz Bouteflika qui a obtenu le plus grand nombre de voix et ce avec une longueur d’avance excessivement importante sur celui venant immédiatement après dans ce classement qui sortira des laboratoires de la magouille, comme cela est de coutume.

La ruse du clan d’Oujda ne s’arrête pas là ! Pour valider son vote, il invite soi disant des observateurs internationaux tels que ceux de l’UA, de la Ligue arabe et de l’OCI. L’expérience a pourtant montré que ceux-ci ne venaient réellement que dans un cadre touristique pour passer quelques semaines aux frais de la princesse en Algérie puisque, de mèche avec le pouvoir, ils ferment sciemment les yeux sur les cas de fraude qu’ils constatent et ce dans le cas où ils assurent vraiment la mission qui est la leur.

répression en algérie 11Compte tenu de tout cela, il est bien clair que ce pouvoir tyrannique s’impose et tient à garder les rênes éternellement en faisant totalement fi des conséquences aussi graves soient-elles ! Et, concernant ces présidentielles d’avril 2014, malgré les protestations du peuple, lesquelles vont crescendo eu égard à ce 4e mandat plus particulièrement, en haut lieu, on fait comme si de rien n’était et on va même jusqu’à provoquer le peuple en lui interdisant toute manifestation qui va à l’encontre de son projet pourtant éminemment dangereux.

———-=====oOo=====———-

 

16 mars, 2014 à 14:40 | Commentaires fermés | Permalien


ALGÉRIE / Encore du replâtrage comme de coutume et donc une paix seulement précaire à Ghardaïa

conflit du mzab 5Après plusieurs mois et à la suite de moult affrontements entre deux communautés et pour précision des évènements sanglants qui durent depuis bien longtemps déjà sans qu’aucune solution sérieuse et définitive ne soit apportée à ce conflit de l’orée du Sud algérien, à savoir les Mozabites d’un côté et les Arabes Chaambas, de l’autre, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, s’est enfin décidé de se rendre sur les lieux et y est allé le jeudi 2 janvier pour, soi disant, voir de près la situation qui prévaut dans cette partie du territoire national.

M. Sellal, pour rappel, depuis que celui qui l’a nommé au poste a considérablement réduit ses activités pour cause de maladie, tente tant bien que mal de combler leabdelmalek sellal 4 vide laissé par son chef hiérarchique en effectuant, presque au quotidien, des visites à travers diverses régions du pays et ce sans pour autant se soucier avant tout de sa mission principale qui est celle de coordonner l’activité gouvernementale. Et, de ce conflit, pourtant grave et lequel dure depuis belle lurette déjà et nécessite une solution urgente, il ne l’a considéré que comme « fait divers » et donc classé en toute dernière position dans son agenda.

Et si le Premier ministre s’est rendu à Ghardaïa pour, soi disant, apporter une solution définitive au problème, il n’a fait, en fin de compte, que du « replâtrage » à la hussarde en ayant chargé les autorités locales de régler le problème et, à travers une telle attitude, n’a rien assuré quant à l’avenir lié à cette région, plus précisément garantir une paix durable si ce n’est définitive.

conflit du mzab 3Si on analyse la situation, on constate que beaucoup de facteurs rentrent en jeu et montrent bel et bien la main du pouvoir qui attisait le feu depuis toujours. Sinon, comment expliquer déjà l’action de ce ministre de l’Habitat qui, à l’aide de « faux certificats fonciers », octroyait des parcelles de cimetières aux « Arabes Chaambas ». Comment expliquer aussi et entre autres l’action de ce corps de police, aidé de jeunes « mercenaires Arabes », qu’il a recrutés pour la circonstance, qui s’acharnait jour après jour sur la communauté mozabite.

En somme, le pouvoir mafieux, issu du clan d’Oujda, qui a accaparé l’Algérie au lendemain de l’indépendance et qui, au jour d’aujourd’hui, ne veut aucunement entendre parler des Amazighs (Berbères) et de leur culture plusieurs fois millénaire, fait tout pour les isoler et ne cache point sa partialité sur ce plan. Pour preuve parmi tant,   rappelons les évènements de Kabylie où les corps de sécurité tiraient à « balles réelles » sur les habitants de cette répression en algérie 5région aux mains nues, pour la plupart des jeunes à la fleur de l’âge, dans l’objectif d’en réduire le maximum si les exterminer n’est pas chose aisée. Et ceci s’est réalisé au vu et au su d’un pouvoir central ayant d’abord joué le rôle d’observateur avant qu’il ne devienne le défenseur autoproclamé de ses « agents criminels » !

———-=====oOo=====———-

5 janvier, 2014 à 3:07 | Commentaires (0) | Permalien


Corruption, sodomie, pornographie… : c’est ce à quoi s’adonne un fonctionnaire d’un Consulat de l’Ambassade d’Algérie en France (ACTE II)

Palais du gouvernement (4)Après ce qui a déjà été écrit sur ce sujet, chapitre pouvant être considéré d’acte I, un article publié en date du 1er novembre écoulé, voilà, pour cette fois-ci, comment se sont poursuivies les choses, donc quelque peu l’acte II, en attendant l’autre ou bien les autres épisodes, relatif(s) à ce fonctionnaire « véreux » et « pervers » qui, outre son traitement mensuel, s’octroie une rente parallèle en se spécialisant dans l’ « exploitation d’adolescents », pour en faire des « esclaves » au sens propre du terme où, lui, encaisse les revenus et, pour précision, des sommes bien fortes en euros ou autres devises.

Donc, après avoir usé de psychologie pour mettre en confiance et rapprocher de lui un Suédo-Français de 18 ans à peine, Grégoire, surnommé Gerry ou encore Tomy, son surnom le plus usuel, ce fonctionnaire de la cinquantaine d’années, originaire d’Aïn-Guezzam, en Algérie, lui a préparé un véritable « guet-apens » pour le séquestrer pendant une semaine, à partir du 29 octobre 2013 au soir, dans un hôtel parisien dans l’objectif de le bouche de métro 1sodomiser et de le prendre en photos et en vidéos avant de lui changer de lieu d’enfermement et le mettre ainsi dans un appartement à Belleville.

Ce diplomate, disposant d’un parc pour jeunes gays, « Parc Tuilerie », sis à proximité du Louvre, cette tuilerie Motro se situant juste avant Concorde, dans lequel espace il exploite des adolescents de 12 à 18 ans et où, lui, encaisse les revenus à raison de 100 euros par client qui passe un moment avec l’une de ces pauvres victimes, traitées incontestablement comme des « esclaves ».

Pour revenir à Tomy, ce jeune Suédo-Français, toutes les après-midi, il se voit contraint de se rendre dans ce parc (où il retrouve ses collègues séquestrés tout comme lui et séparément) et ce jusqu’au petit matin faute de quoi il est « tabassé » et sans pitié aucune.

À fin novembre, donc environ un mois après sa séquestration, le fonctionnaire transférera le pauvre Grégoire en Albanie pour l’enfermer dans une chambre à l’intérieur de laquelle, chaque soir, il devra recevoir un client (hommes âgés, pour être plus albanie 5explicite, tout comme dans ce parc parisien) appelé à « coucher » avec lui toute la nuit.

Pour précision, ce fonctionnaire « véreux » et « pervers », se rend quasiment chaque semaine en Albanie pour encaisser les recettes et simultanément prendre de nouveaux rendez-vous pour la période qui suit.

En somme, de l’esclavage au sens propre tu terme et ce au XXIème siècle après que cette domination tyrannique où un individu se voit dépendre étroitement de quelqu’un, fut abolie en 1848 en France et en 1865 aux États-Unis.

Voilà donc où en est l’Algérie d’un million et demi de martyrs où le peuple est pauvre avec un pays riche et ce pendant que la « secte » s’étant octroyé le pouvoir au lendemain de  l’indépendance tient les rênes de l’État au jour d’aujourd’hui, donc depuis cinquante-et-un ans, s’enrichit et ce par tous les moyens dont celui que nous exposons ici, où des adolescents européens, de 12 à 18 ans, sont exploités sans pitié aucune dans le domaine de la « pédophilie ».

———-=====oOo=====———-

5 décembre, 2013 à 7:51 | Commentaires (0) | Permalien


Corruption, sodomie, pornographie… : c’est ce à quoi s’adonne un fonctionnaire d’un consulat de l’ambassade d’Algérie en France

Corruption, sodomie, pornographie... : c'est ce à quoi s'adonne un fonctionnaire d'un consulat de l'ambassade d'Algérie en France dans ACTUALITÉ palais-du-gouvernement-41Parti, il y a une vingtaine de jours de cela, demander un visa pour se rendre en Algérie, un jeune Suédo-Français, âgé de 18 ans à peine, croyant avoir affaire à des gens sérieux et honnêtes comme il en connait en Europe, s’est retrouvé face à un fonctionnaire véreux qui lui a promis le sésame mais en échange d’une somme devant s’élever à 500 euros, certes ce en plus des 100 euros réglementaires de frais.

Dans les jours qui suivirent, le fonctionnaire ne cessa pas de l’appeler au téléphone mobile, au numéro figurant au dossier de la demande de visa, pour user de psychologie à son égard en l’appâtant avec des mots gentils dans l’objectif de le mettre ainsi en confiance tout en lui rappelant que le visa est promis et qu’il l’aurait incessamment.

bouche-de-metro-1 Corruption dans ACTUALITÉAyant découvert que le pauvre garçon, qui consommait la fin de son adolescence, mordait peu à peu à l’hameçon, donc au piège qu’il lui a tendu, il multiplia alors les appels téléphoniques et le dernier que le jeune Suédo-Français ait pu recevoir s’avéra relatif à la fixation d’un rendez-vous pour le mardi 29 octobre à 19 heures, devant une bouche de métro à Paris, afin qu’il lui remette le sésame en échange des 500 euros.

Confiant et pressé d’avoir entre ses mains le fameux document devant lui permettre de découvrir l’Algérie, un pays qu’il a toujours rêvé de visiter et de connaitre, le jeune européen attendit presque une heure après celle prévue pour que le fonctionnaire du consulat apparaisse enfin.

Et, à sa grande surprise, celui ayant attendu avec beaucoup d’impatience que son rêve se concrétise enfin, après avoir remis à l’homme les 500 euros en toute confiance, pactole exigé avant l’échange avec le sésame, il n’eut pas droit au document, comme prévu et attendu, mais plutôt à la force et se vit alors conduit manu militari dans un hôtel parisien pour y être séquestré dans une chambre qu’il a réservée pour une semaine.

interieur-dun-grand-hotel pornographie...Une fois à deux dans cette pièce d’un grand hôtel de la capitale française, donc loin des regards et certes de toute intervention à même de venir en aide au garçon, le fonctionnaire passa illico presto à l’acte en commençant par le déshabiller et ce en allant même jusqu’à lui déchirer les vêtements au point où son agressivité commençait à se manifester. De là, en sus des photos qu’il prenait de lui sans cesse, certainement un produit pornographique destiné à l’écoulement, donc quelque chose de rentable, il le sodomisa à outrance et exigea également de lui pas mal d’actes inhumains en sus de la danse du ventre pour qu’il le filme ainsi.

Le fonctionnaire malhonnête et pervers qui, d’après la source d’informations, serait originaire de Aïn-Guezzam en Algérie, est allé jusqu’à obliger la victime à se dépiler, s’habiller en fille et se maquiller afin qu’elle ait une apparence féminine aussi bien en photos qu’en vidéos.

Selon la même source toujours, ce cadre du consulat de l’ambassade d’Algérie en France, disposerait d’un parc pour jeune gays dans la région parisienne.

Et, pour tenter d’ensevelir cette affaire, qui risque de lui créer scandale et de lui coûter cher si le garçon viendrait à tout dévoiler, il lui a promis de l’épouser prochainement, mariage homosexuel certes, et de l’emmener chez lui au bled à Aïn-Guezzam, en Algérie.

palais-du-gouvernement-2 sodomieVoilà donc qu’en sus de la corruption qui gangrène l’administration algérienne à tous les niveaux de la hiérarchie et ce aussi bien dans le pays qu’à l’étranger, preuve à l’appui, la pornographie, la sodomie et le mariage homosexuel font leur apparition au grand jour, ces vices qui étaient sans doute dissimulés dans le passé.

Et, dans tout cela, ce n’est incontestablement qu’une humiliation de plus et de trop pour le pauvre peuple algérien, qui ne fait qu’observer sans pour autant avoir la possibilité d’y mettre un terme !

———-=====oOo=====———-

1 novembre, 2013 à 16:09 | Commentaires (1) | Permalien


12345...16