Bienvenue à toutes et à tous sur ce site renfermant des articles touchant à des thèmes variés
  • Accueil
  • > ACTUALITÉ
  • > ALGÉRIE / Un pays avec un président de la République… sur une chaise roulante

ALGÉRIE / Un pays avec un président de la République… sur une chaise roulante

ALGÉRIE / Un pays avec un président de la République... sur une chaise roulante dans ACTUALITÉ jy-suis-jy-reste-12Le groupe de l’ouest, ayant destitué le GPRA (Gouvernement provisoire de la République algérienne) pour qu’il accapare les rênes de l’État au lendemain du 5 Juillet 1962, ne veut nullement abdiquer ! Il persiste à garder le pouvoir même avec un président de la République atteint d’une grave maladie depuis le début de son deuxième mandat et voilà que, présentement, il gouverne (plutôt fait semblant de le faire puisquil ne jouit plus de ses capacités pour cela) sur une… chaise roulante.

Du jamais vu au monde excepté en Afrique ! En effet, quasiment sur toute l’étendue de ce continent, on aime enduire de colle forte le fauteuil présidentiel avant d’y prendre place afin d’écarter tout risque d’éjection.

habib-bourguiba-et-son-chef-de-gouvernement-300x164 pouvoir à vie dans ACTUALITÉEn Tunisie, par exemple, le président Habib Bourguiba a signé un contrat à vie avec son fauteuil depuis 1957 au point où, bien avancé dans l’âge, plus de quatre-vingt ans, sa vue a éminemment faibli et il a même été atteint de la maladie de Parkinson, une affection génératrice du système nerveux, caractérisée par un tremblement et une rigidité musculaire. Et c’est par le truchement d’un coup d’état médical, concocté et opéré par son chef du gouvernement, Zine El Abidine Ben Ali, qu’il a enfin fait l’adieu au fauteuil présidentiel. Cela se passait en 1987 et il avait 84 ans puisque né en 1903. Il a donc été chef de l’État tunisien pendant trente années consécutives.

En Algérie, aprés Ahmed Ben Bella, qui s’est vu éjecté du fauteuil présidentiel par son ministre de la Défense, Houari Boumediene, le 19 juin de l’année 1965, afin qu’il prenne sa place jusqu’à son décès en décembre 1978. Chadli Bendjedid, lui ayant succédé en 1979, quittera « involontairement » le pouvoir au début de l’année 1992. Après une période de transition, devenue passage obligé suite à la démission fortuite du successeur de Boumediene, la tête du HCE (Haut Comité d’État) reviendra à Mohamed Boudiaf avant qu’Ali Kafi, membre de la direction collégiale formée, n’occupe la place libérée par Si Tayeb El Watani à la suite de son assassinat le 29 juin 1992 à Annaba. Ҫa sera Liamine Zeroual qui viendra par la suite devenir le nouveau locataire du Palais d’El Mouradia ; celui-ci démissionnera avant la fin de son unique mandat en tant que premier magistrat du pays et ce par souci de permettre l’alternance au pouvoir comme il l’a dit lui-même. bouteflika-206x300Abdelaziz Bouteflika, ce membre actif du groupe de l’ouest évoqué plus haut, prendra la relêve ; l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports sous Ben Bella et chef de la diplomatie sous Boumediene se considérera d’abord messie avant qu’il ne déclare ne pas vouloir être un « trois-quarts de président » ; son premier mandat arrivé à terme, il briguera un deuxième et l’obtiendra avec le soutien indéfectible de ses sbires et la bénédiction du pouvoir occulte ; assoiffé de la présidence à vie, il ira jusqu’à provoquer la révision de la Constitution en novembre 2008 et ce dans le seul et unique but de sauter le verrou de la limitation des mandats introduit par son prédécesseur pour se permettre ainsi un troisième mandat successif dans l’attente d’en briguer d’autres puisqu’il s’est désormais libéré la voie qui était obstruée.

bouteflika-aux-invalides-en-france-2-150x150Soulignons, dans ce contexte, qu’en sus de la maladie le rongeant depuis le début de son second mandat, il a été victime d’un AVC en avril dernier et a été hospitalisé au Val-de-Grâce, en France, avant qu’il ne soit transféré aux Invalides pour une période de convalescence. Il a rejoint son pays il y a de cela quelques semaines à peine et poursuit sa convalescence dans une résidence à l’ouest d’Alger, dit-on.

Jouit-il encore de ses forces physiques et de ses facultés mentales surtout pour qu’il continue à gouverner jusqu’à avril 2014 ? C’est là un point demeurant obscur au jour d’aujourd’hui et les chaise-roulante-21médecins spécialistes (pas ceux « officiels » bien sûr), se montrent pessimistes.

Le plus grave encore dans tout cela, c’est que… hormis ses forces physiques non encore récupérées et ses facultés mentales défaillantes, il est à se demander s’il achèvera son troisième mandat sur sa… chaise roulante.

———-=====oOo=====———

26 août, 2013 à 21:40


2 Commentaires pour “ALGÉRIE / Un pays avec un président de la République… sur une chaise roulante”


  1. bidanetmoultinfos écrit:

    Vos propos ne m’étonnent guère ! Il est sûr et certain que vous êtes du clan et qu’on vous engraisse vous aussi. Bon courage en tout cas et ne ratez rien de ce qui reste de l’Algérie ! Et, en guise de conclusion, sachez qu’une hirondelle ne fait guère le printemps ; l’Algérie compte presque 40 millions d’habitants et votre voix n’est qu’une goutte dans un océan ! Alors… Les chiens aboient et la caravane passe.

  2. Azéri ne écrit:

    Salam
    Visiblement vous êtes un menteur.
    Mitterrand était malade atteint d’un cancer et n’avait plus toute sa tête.
    Votre président kasar avait les mêmes symptômes que dsk.
    L Algérie plus elle est attaquée et dénigrée plus elle devient plus forte.
    Ça vous dépasse .
    On ne peut combattre des idées sans en ressentir sa puissance .
    Vive l’Algérie.


Laisser un commentaire