Bienvenue à toutes et à tous sur ce site renfermant des articles touchant à des thèmes variés
  • Accueil
  • > ACTUALITÉ
  • > REMANIEMENT MINISTÉRIEL EN ALGÉRIE / Un non évènement ! Les mêmes, qui ne font que se succéder

REMANIEMENT MINISTÉRIEL EN ALGÉRIE / Un non évènement ! Les mêmes, qui ne font que se succéder

REMANIEMENT MINISTÉRIEL EN ALGÉRIE / Un non évènement ! Les mêmes, qui ne font que se succéder  dans ACTUALITÉ boutef-en-robe-de-chambre-2En prévision de la prochaine élection présidentielle, en avril 2014, la président le la République, Abdelaziz Bouteflika, a procédé récemment à un remaniement ministériel.Une opération qui, il fallait bien s’y attendre, a vu l’ex-candidat du « consensus » placer ses pions de telle manière que tout réponde à son vœu le plus cher : celui d’avoir ses hommes de confiance de part et d’autre afin de s’assurer que tout fonctionnera selon ses prévisions.

abdelmalek-sellal-3 remaniement ministériel dans ACTUALITÉOn retrouve donc Abdelmalek Sellal, cet ex-directeur de campagne à répétition au profit du candidat Bouteflika, qui garde son poste de Premier ministre.

Gaïd Salah qui, malgré le poids de son âge, est non seulement reconduit comme chef d’état-major de l’ANP mais se voit investi de cette charge de vice-ministre de la Défense nationale.

Tayeb Belaïz,cet autre homme de confiance de Bouteflika, qui était président du Conseil constitutionnel et qui a sauvé in-extremis son parrain de l’application de l’article 88 de la Constitution, prend la place de Daho Ould Kablia pour se voir ainsi ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales.

palais-du-gouvernement-42Amara Benyounes, cet ex-compagnon de Saïd Sadi devenu le chouchou de Bouteflika, qui quitte le département de l’Environnement pour prendre la tête du ministère du Développement industriel et de la Promotion de l’Investissement.

L’autre ex-militante dans le même parti RCD, qui garde le portefeuille de la Culture pour qu’elle poursuive sans doute la mission importante aussi bien pour elle que pour son parrain, celle de faire la promotion de la « culture arabo-islamique » et donc de tout arabiser et de tout islamiser avant la prochaine présidentielle afin de bloquer ainsi toutes les issues à cette promotion de l’amazighité qu’elle défendait pourtant bec et ongles dans les années 1990.

Par ailleurs, quatre walis se voient promus et font ainsi leur entrée au gouvernement. Il s’agit ici de : Abdelmalek Boudiaf, ex-wali d’Oran, qui remplace Abdelaziz Ziari à la tête du ministère de la Santé, de la Population et la Réforme hospitalière ; son homologue de Constantine, Noureddine Bedoui, qui devient ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnel, succédant ainsi à Mohamed Mebarki qui, lui, prend la place de Rachid Harraoubia au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ; le désormais ex-wali d’Annaba, Mohamed El-Ghazi, se retrouve ministre auprès du Premier-ministre, avec pour charge la Réforme du service public ; l’ex-wali de remaniement-minsteriel-automne-20131Tlemcen, Abdelwahab Nouri, remplace Rachid Benaïssa à la tête du ministère de l’Agriculture et du Développement rural.

Voilà, dans l’ensemble, ce qu’il y a à retenir de ce nouveau gouvernement qui, à vrai dire, n’apporte rien de nouveau puisque ce sont les mêmes têtes, des gens du clan d’Oujda, qui ne font que se succéder à tour de rôle afin qu’il y ait, de temps à autre, un semblant de changement.

———-=====oOo=====———-

9 octobre, 2013 à 13:26


Laisser un commentaire